De Toffoli Ian

Ian De Toffoli est né en 1981, à Luxembourg, dans une famille italo-luxembourgeoise. À 19 ans, il s’installe à Paris pour faire des études de Lettres. Douze ans plus tard, il soutient une thèse de doctorat sur la réception du latin et de la culture antique dans la littérature contemporaine. Il a publié deux romans aux éditions Les Cahiers Luxembourgeois, ainsi que de nombreux articles ou textes courts dans des anthologies, revues et ouvrages collectifs en France et au Luxembourg. Sa première pièce de théâtre, L’Annonce, créée au Centre des Arts Pluriels d’Ettelbrück en 2009, a été montrée au Nowy Teatr de Varsovie. Pendant la saison 2011/2012, il est auteur en résidence au Théâtre National du Luxembourg. Il vit aujourd’hui entre Bruxelles et Luxembourg.

OEUVRES

L'Homme qui ne retrouvait plus son pays, suivi de Microdrames

Il a également participé aux recueils

Fabula Rasa

Fragment 3793

Migrant et

Impossible Readings

 

Im Sammelband wird der Zeitzeuge, Beobachter, Intellektuelle und Schriftsteller Batty Weber vorgestellt. Bekannt wurde er vor allem als Historiker des Alltags, der in seinen zwischen 1913 und 1940 in der Luxemburger Zeitung erschienenen Feuilletons mit dem schönen Titel Abreißkalender die Luxemburger Gesellschaft, Politik und Kultur in mehr als 7000 Texten beschrieb und kommentierte. Darüber hinaus verfasste Batty Weber auch literarische Werke: Erzählungen, Novellen, Romane und Theaterstücke. Die Beiträge in diesem Sammelband verdeutlichen, wie Batty Weber zu einem Begriff und zu einer nationalen Identifikationsfigur werden konnte. Erstmals wird das journalistische und literarische Werk einer der bedeutendsten Intellektuellen der ersten Hälfte des 20. Jahrhunderts in Luxemburg vorgestellt. Batty Weber, Integrationsfigur und Autorität für zahlreiche zeitgenössische Autoren, hat ein vielfältiges und reiches Erbe hinterlassen. Nunmehr wird ein kritischer Blick auf den ›Abreißkalendermann‹, den Journalisten und Autor von Erzählungen, Novellen, Roman und Theaterstücken geworfen; es werden überraschende Aspekte seines Werkes erläutert und Dokumente aus seinem Nachlass abgedruckt. / Mit Beiträgen von Ian De Toffoli, Fabienne Gilbertz, Samuel Hamen, Paul Lesch, Daniela Lieb, Anne-Marie Millim & Josiane Weber. Mersch: Centre national de littérature 2017.

Hydre Editions a décidé de donner une suite à un projet du Kasemattentheater, qui a demandé à six écrivains luxembourgeois – Guy Helminger, Nico Helminger, Claudine Muno, Elise Schmit, Ian de Toffoli et Nathalie Ronvaux – d’écrire des contes pour adultes qui seraient ensuite présentés par des acteurs au cours d’une lecture scénique, et a réuni ces six contes dans un recueil intitulé Fabula Rasa, publié dans la collection «Courts». / Pour Hydre Editions, la publication de ces six contes de fées pour adultes, de ces six anti-contes, avec leur lot de princes ivrognes, de conteurs maudits, d’esprits insaisissables, de héros détestables, n’est pas seulement – comme le veut le dicton antédiluvien – une tentative de donner un peu de pérennité à des textes qui n’étaient, au début, prévus que pour être entendus, mais surtout, plus prosaïquement, une occasion pour les relire, pour s’y attarder plus longuement, pour s’en repaître, s’en régaler même, d’autant plus qu’il s’agit de six textes atypiques, tout à fait saugrenus, d’une grande densité stylistique et de contenu. / Le livre est illustré par l’artiste luxembourgeoise Stina Fisch, dont les dessins – proches, à la fois, de l’univers du conte et de la fable et de l’univers de chacun des six contes –, entre le minimalisme pointillé et le juste souci du détail, avec une bonne dose de dérision dans la recherche du motif, se rapproche parfaitement de l’esthétique des textes. / "Die Gestaltung ist liebevoll, vor allem auch durch die Zeichnungen von Stina Fisch. Jedes der sechs Märchen trägt eine individuelle Handschrift. Doch sie alle sind – ob gewollt oder ungewollt – ziemlich lustig." Janina Stroetgen, Tageblatt

Dans un paysage littéraire dominé par le roman, le texte court, le fragment, du bref essai au minuscule récit, voir à la saynète, au microdrame peine à se rendre visible, alors que c’est justement dans ces petits condensés que la force stylistique d’un auteur brille d’un éclat particulier, par une densité à la fois stylistique et de contenu – tel un petit bijou poli prévu pour être porté seul, sans attirail clinquant. / Fragment 3793 donne un aperçu hétéroclite, polymorphe, de la forme très courte en littérature, déclinée selon quatorze auteurs qui ont mis à l’épreuve ses possibilités et réfléchi à ses limites. Une contrainte leur a été imposée: le nombre de signes, espaces compris, que devait contenir leur texte. Exactement 3793 – d’où le titre, évidemment. Quant au sujet abordé, au thème, au style, à la mise en page, au jeu formel, à la structure, aux procédés narratifs, à l’aspect achevé ou inachevé du tout, les auteurs en étaient tout à fait libres. La taille du texte, exactement la même pour chaque texte, était la seule règle. / Des écrivains confirmés, primés, se joignent dans ce livre à d’autres, émergeants. Du côté francophone, Gilles Ortlieb (Le Tombeau des anges, Gallimard, 2011), Hélène Tyrtoff, Tullio Forgiarini, Nathalie Ronvaux et Ian De Toffoli sont accompagnés de Jeff Schinker et de Claire Leydenbach. / Du côté allemand, les écrivains Guy Helminger (Neubrasilien, Eichborn, 2010) Nico Helminger, Raoul Biltgen et Nora Wagener et Elise Schmit (lauréates du concours national de littérature en 2012) seront accompagnés de Jérôme Jaminet et du dramaturge Rafael Kohn. / Fragment 3793 se décline en deux volumes, un par langue écrite (français et allemand) et se vend sous forme d’un coffret, tout en laissant la possibilité à l’acheteur de n’en acquérir qu’un seul des deux.

L’ouvrage Fundstücke. Archiv – Forschung – Literatur / Trouvailles. Archives – Recherche – Lettres inaugure une série de publications éditée tous les deux ans par le Centre national de littérature / Lëtzebuerger Literaturarchiv (CNL) de Mersch et vise à donner un aperçu de ses activités, en lien étroit avec les missions fondamentales qui sont les siennes. Le programme de cet ouvrage est annoncé par les mots qui composent ses titre et sous-titre et suit deux lignes directrices : il découle, d’une part, du souhait de dévoiler des trouvailles et de les présenter à tous ceux qui, poussés par leur goût de la littérature luxembourgeoise, auraient envie d’en élargir leur connaissance ; il répond, d’autre part, au désir d’éveiller une curiosité qui puisse amener tel intéressé à venir déceler d’autres trouvailles au sein des fonds d’archives hébergés par le CNL. Dans les deux cas, il traduit le souhait de voir s’étendre l’étude scientifique et culturelle d’un champ littéraire luxembourgeois multilingue. Hg. von - Éd. par Claude D. Conter - Mit Beiträgen von - Avec des contributions de Daphné Boehles, Claude D. Conter, Jeanne E. Glesener, Germaine Goetzinger, Pol Greisch, Guy Helminger, Claude Kremer, Daniela Lieb, Pierre Marson, Roger Muller, Jean-Marie Reding, Léon Rinaldetti, Nicole Sahl, Pol Sax, Sandra Schmit, Yorick Schmit, Jeff Schmitz, Jacques Steffen, Myriam Sunnen, Ian De Toffoli, Hélène Tyrtoff, Josiane Weber, Martin Willems, Antoinette Welter et Charlotte Ziger.

Le soir est en train de tomber. Un homme, qui a roulé en voiture durant toute la journée, s’arrête près d’une friterie délabrée au bord d’un lac. Il revient d’un voyage d’affaire à Bruxelles. Le propriétaire de la friterie, lui servant une bière, ne semble pas vouloir s’arrêter de parler : les nombreux touristes, les déchets jetés dans le lac, les canards qui s’étouffent en tentant d’avaler les restes de frites, la défense des droits des animaux. L’homme peine à placer une parole, ne serait-ce que pour demander le chemin, car il croit qu’il s’est perdu. Finalement, il avoue que c’est moins le bon chemin qu’il ne retrouve plus, que son pays. Déclaration reçue avec humour par Théo, le propriétaire de la friterie, qui se lance dans des moqueries et des comparaisons eschatologiques farfelues. Mais le désespoir de Durand, l’homme qui ne retrouve plus son pays et qui prétend que ce dernier se trouvait à l’exact emplacement du lac, semble sincère. Plus étrangement encore, Théo n’est aucunement surpris, et semble même être dans une situation pareille. L’homme qui ne retrouvait plus son pays, entre l’allégorie, la farce, et le drame, est une pièce déjantée qui soulève de très sérieuses questions sur le sens de la vie et les besoins fondamentaux de l’homme. Suivi de Microdrames: Microdrames n’est pas une pièce, mais un ensemble de pièces courtes, voire minuscules, de tableaux éphémères, de portraits-miniatures, de situations qui se dissolvent au moment où l'on croyait pouvoir les saisir. Microdrames est une pièce-puzzle. En neuf pièces se tisse l’histoire du suicide d’une femme, qui, pourtant, n’est jamais évoquée que de biais...

Details
Langue Français
Auteur De Toffoli Ian
Catégorie Littérature
Parution 2012
Support Livre
Editeur Hydre Editions

Ausstellungskatalog - In der Ausstellung „aufbewahrt! Literarisches Leben in Selbstzeugnissen, Dokumenten und Objekten“ zeigt das Literaturarchiv in Mersch an 18 Beispielen Lebensdokumente aus ausgewählten Beständen. / Als ›Lebensdokumente‹ gelten einem geläufigen, international anerkannten und im CNL angewandten Regelwerk (RNA = Regeln zur Erschließung von Nachlässen und Autographen) alle Materialien der beruflichen und privaten Lebensführung eines Autors. Im Konkreten handelt es sich um Ausweise, Verträge, Urkunden, Einkaufszettel, Reiseunterlagen, Tagebücher, sofern sie nicht einen überwiegend literarischen Charakter haben, Notizhefte, Personalpapiere, Lebensläufe, Belege der Schulzeit und des Universitätsstudiums, Privatakten, Privatfotos, Dokumente der Wirtschafts- und Vermögensverhältnisse (z. B. Steuererklärungen, Kontoauszüge der Bank) usw. / Die Lebensdokumente werden in vier Räumen präsentiert. Im Raum „Einsichten“ werden Dokumente des literarischen Lebens vorgestellt, wobei Protokollbücher von literarischen und kulturellen Organisationen, Dokumente von Theaterhäusern sowie Ausweise, Diplome und Ehrungen im Mittelpunkt stehen. Im Raum „Augenblicke“ bilden Fotos und Fotoalben den Ausgangspunkt literaturhistorischer und biografischer Beiträge. Im Raum „Momentaufnahmen“ wird Einblick in Notate und Aufzeichnungen von Autoren gegeben, die in Tagebüchern und Notizheften Episoden aus ihrem Leben festhalten. Und „Handgreifliches“ schließlich stellt die Welt der Objekte vor: Sie umfasst Schreibutensilien, Gemälde und Alltagsgegenstände. / Zu beantworten bleibt die Frage: Was zeigt eine Literaturausstellung? Das Leben oder die Literatur?

Hg. von / Éd. par Claude D. Conter - Mit Beiträgen von / Avec des contributions de Jean Back, Saskia Bernardy, Daphné Boehles, Claude Bommertz, Michel Clees, Claude D. Conter, Ian De Toffoli, Alexandra Fixmer, Jeanne E. Glesener, Germaine Goetzinger, Pol Greisch, Samuel Hamen, Roland Harsch, Georges Hausemer, Guy Helminger, Nico Helminger, Jhemp Hoscheit, Jean-Paul Jacobs, Ludivine Jehin, Josiane Kartheiser, Kilian Leypold, Daniela Lieb, Pierre Marson, Cornel Meder, Sven Mühlen, Claudine Muno, Tom Nisse, Robert L. Philippart, Jean Portante, Pierre Puth, Tim Reuter, Guy Rewenig, Nicole Sahl, Lambert Schlechter, Sandra Schmit, Yorick Schmit, Jeff Schmitz, Pascal Seil, Margret Steckel, Robert Gollo Steffen, Jacques Steffen, Myriam Sunnen, Melanie Thill, Sébastian Thiltges, Nora Wagener, Josiane Weber, Antoinette Welter, Martin Willems, Rob Zeimet, Henning Ziebritzki, Jeannette Zimmer